Ces gens qui brillent dans la pénombre de l’anonymat.

Dissident Sheep bijoux brodés pièces uniques Miracle Earrings I Know You Know 1

 

Ces derniers temps, je lis pas mal d’articles et de livres sur l’entreprenariat. J’ai l’impression que depuis quelques mois, quelques années peut-être, on voit ce mot fleurir sur toutes les lèvres et on incite de plus en plus de monde à se mettre à son compte, avec parfois un petit coté bling qui me laisse un peu perplexe et des phrases accrocheuses qui laissent penser qu’il s’agit là de la solution miracle à toute situation un peu complexe.

Réaliser ses rêves, s’affranchir de beaucoup de contraintes, voler de ses propres ailes, laisser s’exprimer sa créativité… Autant d’idées qui me parlent, évidemment, puisque j’ai choisi cette voie. Je ne l’ai pourtant pas choisie à la suite d’une expérience professionnelle traumatisante ni par dépit, bien au contraire. J’ai fait ce choix parce que si je voulais pouvoir exercer un métier regroupant tout ce que j’aimais faire ( et que je ne faisais pas trop mal ), il fallait bien que je l’invente puisqu’il n’existait pas.

Cela n’a pas été un processus confortable, et je suis passée par de bien sombres moments avant d’annoncer par SMS à mes parents, à quatre heures du mat, et ce alors que mon TGV se faisait la malle trois heures plus tard, que je n’y retournerais pas. Que je ne finirais pas mon Master à Sciences-po, parce que ça n’avait rien à voir avec qui j’étais et rien à voir avec ce que je voulais faire dans la vie.

Ce que je voulais faire dans la vie, c’était pouvoir bien faire mon travail. 

Dissident Sheep bijoux brodés pièces uniques Mini Earrings Pearl ed Iza 2

Alors que j’étais en train de me trémousser comme une guenon au fond de la salle durant mon cours hebdomadaire de Zumba, je me suis mise à réfléchir à tout un tas de choses. A cette prof, sur son estrade, qui aurait pu dégommer n’importe quel rabat-joie à la seule force de son sourire. Celle-là même qui a réussi à mettre à l’aise cette nana super timide ( on a tous compris de qui il s’agissait ) qui s’était lancé le défi de se pointer à un cours collectif toute seule, et qui est revenue les semaines suivantes avec impatience. Je l’ai trouvée belle, j’ai trouvé qu’elle dansait bien, qu’elle était gracieuse et qu’elle dégageait quelque chose d’aussi scintillant que de la poussière de fée.

J’ai pensé à ce Monsieur qui tient une petite librairie / papeterie chez qui je vais déposer vos colis Mondial Relay, avec son chien qui a l’air tout vieux et tout fatigué derrière le comptoir. Ce Monsieur toujours souriant, toujours poli, toujours avenant, qui t’attend avec ses étiquettes quand il te voit arriver avec ton sac en toile rempli de divers paquets. Ce Monsieur qui se réjouit pour toi quand il y a beaucoup de colis à affranchir, parce que ça veut dire que la semaine à été bonne. Ce Monsieur qui prend le temps de plier soigneusement tous les reçus avant de te les tendre avec gentillesse.

J’ai pensé à la nourrice qui nous a élevés, mon frère et moi, quand mes parents travaillaient comme des dingues. Celle qu’on appelle Tata, parce qu’elle fait partie de la famille sans que ce soit écrit sur le papier. Celle qui a toujours été ma troisième grand-mère et qui m’a aidée à poser mes additions et mes soustractions, qui m’a fait réciter mes leçons jusqu’à ce que je les connaisse par coeur et qui se réjouissait ensuite quand je lui annonçais que j’avais eu un 10/10. Cette femme qui a élevé tant d’enfants, à commencer par les siens, et puis tous les autres sans vraiment faire de distinction dans sa manière de faire, de partager, de nous apprendre la vie, sa vie à elle, qui n’a surement pas toujours été toute rose.  Il n’y a pas longtemps, je lui ai dit à demi-mot à quel point elle avait été importante pour nous, ses enfants de passage. Et elle m’a répondu qu’elle n’avait fait que son travail.

Je pense à quelques-uns des professeurs que j’ai eu la chance de rencontrer, notamment celui de philosophie avec ses cours fantastiques,  son aura paisible et captivante malgré les quelques signes d’une timidité certaine ; Ses idées formulées avec poésie, et mon stylo plume qui courrait à vive allure sur cette feuille blanche de peur de n’en rater une miette.

Dissident Sheep bijoux brodés pièces uniques Boucles Solade 3

 

Ces gens n’auront peut-être jamais leur portrait dans un magazine, et on ne les considérera peut-être jamais comme des business modèles à suivre et ils n’écriront peut être jamais de bouquin. Et pourtant, ils ont leur capitale importance dans le quotidien de beaucoup, à commencer par moi.  Ce sont des personnes qui ont appris à se connaitre et à écouter leur tripes et leur coeur , qui ont entrepris de tracer une ligne droite depuis la case envie jusqu’à celle du partage, avec leur lot de déconvenues mais aussi de merveilleuses surprises.

Je suis un peu gênée par le discours très caricatural qui oscille entre l’entrepreneur qui se fait des couilles en or en créant le Buzz ou en vendant des Burgers au foie gras aux Etats Unis à 1000$ pièce et l’artiste incompris fauché comme les blés, le « petit » artisan( d’ailleurs, on en parle de la dénomination « petit » créateur, « petit » artisan, « petit » prof de guitare ou autre « petit » commerçant ? ) ou encore la vulgarisation de certains métiers comme celui de professeur, justement.

On se retrouve avec une vision totalement faussée de la réussite, de l’argent, de la façon dont on gagne de l’argent,  dont on peut ou non vivre de son art sans se compromettre,  sans coups de pute ou autres magouilles de chacal , sans incarner cette image d’une médiocrité florissante, d’une monétisation d’un discours bien ficelé, et sans pour autant se voir condamné à bosser dans un petit coin de son studio pour des clopinettes.

Comment ne pas sombrer dans l’idée (de génie…) trop facile qui consiste à penser que  » ah, tiens, ça marche bien, je n’ai qu’à faire la même chose !  » en oubliant que la clé de l’entreprenariat est bel et bien la matérialisation d’une vision claire qui ne s’arrête jamais à un produit ou une activité ?

J’entends souvent des gens se plaindre que leur activité ne décolle pas, alors qu’ils se contentent de suivre une « tendance », de surfer sur une vague qu’ils n’ont pas eu le talent de provoquer, de tenter d’appliquer des business modèles à la lettre sans jamais se poser la question de la compatibilité de ceux-ci avec leur idée initiale.

Il faut aussi accepter que certains ont la bonne idée au bon moment, et je suis la première à admirer ces précurseurs, à me dire que j’aurais bien aimé avoir cette idée, moi aussi, sans pour autant me jeter à corps perdu dans une brèche qui n’est pas la mienne. Entreprendre c’est avant tout prendre ses rêves au sérieux et avoir une vision claire de ce qu’on attend de la vie, de son travail et de ce qu’il signifie, avoir une vision nette de comment on souhaite travailler et comment on souhaite matérialiser une idée. C’est avant tout l’histoire de comment on va s’y prendre, pas celle d’un produit ou d’un service lambda. Il s’agit pour moi d’une histoire de partage et non de gros billets pendus comme une carotte au bout du bâton.

Et sans cette petite étincelle, celle qui nait de la passion, peu importe sa nature, je crois qu’il n’y a que de la frustration.

 

 

 

 

Publicités

5 commentaires sur “Ces gens qui brillent dans la pénombre de l’anonymat.

  1. On a tous rencontré dans notre vie heureusement des gens avec cette étincelle et cette passion qui parfois quand on doute nous fait défaut. Je garde des souvenirs merveilleux de simples rencontres avec de parfaits inconnus mais qui m’ont apporté quelque chose juste avec un mot, une phrase.

    Le problème aussi quand tu veux te lancer et que tu passes par l’accompagnement, on te demande justement de faire un business plan, et c’est super dur, voir limite impossible quand ton projet ne rentre pas vraiment dans une case. Et du coup pour eux, ça veut dire qu’il n’est pas abouti (tu réalises après qu’ils n’ont pas vraiment tort non plus). J’avoue que dans mon cas, à défaut de me rapporter de quoi vivre, mon activité me permet de m’épanouir, et a priori ça fait plaisir aux yeux des gens 🙂 Et ça, ça n’a pas de prix hihi!

    En tout cas merci pour tes mots, on a envie de connaître toutes ces personnes. Tu devrais toi aussi écrire des livres tant ta prose est agréable, les mots justes et à propos. 😀

    J'aime

  2. Il arrive aussi que certains ont la « bonne idée » mais n’ont pas le succès escompté parce qu’ils se la font voler ou que d’autres sont plus malins, en effet ce qui fait marcher une entreprise c’est aussi la communication, le charisme de la personne qui porte son projet.
    C’est pour ça que les histoire de personnes qui se font des « couilles en or » ou font le buzz sont autant populaires chez les gens car ça les fait rêver… Les réseaux sociaux exagèrent aussi souvent cet effet. Alors qu’à côté d’eux ils ont un voisin, une soeur, un ami, doué de ses mains, talentueux, mais qui n’a pas tout ce capital de communication. Et souvent ne voient même plus cette personne et ne la soutiennent pas.

    J'aime

    1. Tout le monde aime les success stories, tout le monde aime une bonne histoire, se projeter un instant et s’imaginer à la place de telle ou telle personne ayant réussi quelque chose de fantastique. Je crois que quand tu as une vision claire de ce que tu attends de ta vie et comment tu l’appréhendes, tu t’en tamponnes le coquillard de savoir si ton business plan est validé par un organisme. Je crois que quand tu as vraiment envie de mener à bien une idée avec tes tripes, tu finis toujours pas trouver une bonne solution. Dans ce que tu écris, tu parles beaucoup de problèmes, et jamais de solutions. Oui, bien entendu, certains volent, certains pillent, certains ont du charisme et s’en servent à mauvais escient. On peut toujours voir le diable à sa porte, mais je crois que la personne suffisamment en phase avec elle même pour avoir eu une bonne idée concernant son projet , quand bien même celle-ci serait volée, saura toujours retomber sur ses pattes 🙂 Il faut parfois apprendre à arrêter de rejeter tout le temps la faute sur des circonstances, des risques, des normes ou des affaires de règles à suivre, comme des cons, oh pardon, comme des moutons héhé 😉 Rien n’est évident car le discours qui circule dissuade beaucoup de personnes de prendre leurs rêves au sérieux et de se diriger vers leurs aspirations. Je suis sure que ce Monsieur dont je parle avait toujours rêvé tenir un établissement comme le sien, avec sa femme que je vois parfois derrière le comptoir en train de lui donner un coup de main, elle aussi tout sourire. Peu importe ce qui te donne envie ou te fait vibrer, il n’y a pas de petit rêve, et je sais que les personnes dont je parle ont la certitude au fond d’eux d’avoir apporté quelque chose dans la vie des autres, voire carrément de l’avoir changée parfois. Je te rappelle que j’écris tout cela en m’étant vue proposer une brochure sur comment bien faire son ménage lorsque j’avais demandé conseil pour lancer mon activité auprès de la mission locale 🙂 Bref, je ne parle pas seulement d’entreprises, je parle avant tout de créer sa vie, de vivre en adéquation avec ce que l’on est, avec ce que l’on souhaite accomplir 🙂 Merci en tout cas de m’avoir lue et d’avoir pris le temps de commenter ❤ Et bien entendu que tes oeuvres ravissent nos mirettes !

      J'aime

  3. Merci pour ce magnifique article qui m’a touché au cœur. C’est si beau et rapporte tellement d’humanité dans nos « petites » entreprises (je suis aussi à mon compte). Tu as su décrire ce que je ressens avec tellement d’exactitude !
    Merci pour ton travail et merci pour la jolie personne que tu es ! (Je me suis permis de partager ton article sur mon compte pro, n’hésite pas à me le dire si ça devait poser problème !).

    J'aime

    1. Merci à toi de prendre le temps de me laisser un mot , je suis ravie que tu aies pu te retrouver dans ces mots. Merci beaucoup pour tous ces compliments, c’est adorable ! Avec plaisir pour le partage, bien entendu, c’est gentil à toi 🙂 Passe une belle fin de semaine !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s