Ces gens qui brillent dans la pénombre de l’anonymat.

Dissident Sheep bijoux brodés pièces uniques Miracle Earrings I Know You Know 1

 

Ces derniers temps, je lis pas mal d’articles et de livres sur l’entreprenariat. J’ai l’impression que depuis quelques mois, quelques années peut-être, on voit ce mot fleurir sur toutes les lèvres et on incite de plus en plus de monde à se mettre à son compte, avec parfois un petit coté bling qui me laisse un peu perplexe et des phrases accrocheuses qui laissent penser qu’il s’agit là de la solution miracle à toute situation un peu complexe.

Réaliser ses rêves, s’affranchir de beaucoup de contraintes, voler de ses propres ailes, laisser s’exprimer sa créativité… Autant d’idées qui me parlent, évidemment, puisque j’ai choisi cette voie. Je ne l’ai pourtant pas choisie à la suite d’une expérience professionnelle traumatisante ni par dépit, bien au contraire. J’ai fait ce choix parce que si je voulais pouvoir exercer un métier regroupant tout ce que j’aimais faire ( et que je ne faisais pas trop mal ), il fallait bien que je l’invente puisqu’il n’existait pas.

Cela n’a pas été un processus confortable, et je suis passée par de bien sombres moments avant d’annoncer par SMS à mes parents, à quatre heures du mat, et ce alors que mon TGV se faisait la malle trois heures plus tard, que je n’y retournerais pas. Que je ne finirais pas mon Master à Sciences-po, parce que ça n’avait rien à voir avec qui j’étais et rien à voir avec ce que je voulais faire dans la vie.

Ce que je voulais faire dans la vie, c’était pouvoir bien faire mon travail. 

Lire la suite « Ces gens qui brillent dans la pénombre de l’anonymat. »

Publicités

Pièces Uniques : en 2017, je le crie haut et fort

 

IMG_7009

Cher toi,

Je n’aime pas laisser en suspens quelque chose qui ne tient à coeur, et si tu lis régulièrement les articles de ce blog, alors tu as peut être parcouru celui dans lequel j’évoque ma volonté de prendre du recul. 

J’ai reçu quelques messages me demandant si j’allais arrêter Dissident Sheep ( « Whaaaaat ? « ) donc je me suis demandé si mon post précédent avait été teinté pour toi de négatif. Quoi qu’il en soit, il n’en est rien, et je trouve sain de prendre le recul nécessaire pour travailler avec une certaine constance.

Je te parlais dans cet article de mon souhait de prendre une direction différente de celle de la plupart des créateurs français ( et  étrangers tu me diras ) , une direction que j’emprunte déjà depuis le tout début, bien qu’elle ait été parsemée de déviations plus ou moins sinueuses.

Cette direction est celle de la pièce unique.

Lire la suite « Pièces Uniques : en 2017, je le crie haut et fort »

Viens, je t’ouvre la porte.

dissident-sheep-bijoux-brodes-article-atelier-7

Pendant un certain temps ( et parfois encore aujourd’hui ) j’ai pensé que cela n’intéresserait personne de connaitre, de voir, de pénétrer dans l’envers du décor. Je trouvais la démarche un chouia intrusive dans la mesure où je travaille depuis chez moi et que je n’ai pas d’atelier à proprement parler. Un truc qui vend un max de rêve avec un showroom, un grand canap’ design et une machine à café ; un truc qui ferait bien dans un magazine, pour justifier le fait que tu vaux quelque chose en tant que créateur, que tu n’as pas des gouts de chiotte. Un comble pour la profession, quoi !

dissident-sheep-bijoux-brodes-article-atelier-3

dissident-sheep-bijoux-brodes-article-atelier-4

Et puis je me surprends à jeter un oeil brillant aux publications de créateurs que j’apprécie lorsqu’ils partagent un morceau de leur environnement de travail. Je souris toujours devant le joyeux bazar de tel ou tel artiste, designer, créateur ( je ne sais jamais quel mot utiliser, je ne me reconnais dans aucun d’entre eux ) . Je suis une fan absolue des documentaires de Loïc Prigent qui m’ont rendue encore plus folle d’amour et d’admiration pour certains créateurs que j’idolâtrais déjà. Si tu ne les connais pas encore et que tu es un(e) féru(e) de mode, je te les conseille plus que vivement : délicatesse, esthétisme et intelligence assurés. Je les ai presque tous achetés (groupie)  et je les regarde très régulièrement, en travaillant, en imaginant qu’un jour, j’aurai un atelier de malade supra lumineux et que je travaillerai avec les copines entre deux éclats de rire  . #agirlcandream

dissident-sheep-bijoux-brodes-article-atelier-18

dissident-sheep-bijoux-brodes-article-atelier-8

C’est plutôt cool, finalement, de pouvoir se transformer en petite souris pour observer à travers une fissure ce qui se passe dans l’univers professionnel des uns et des autres. Attention, je ne dis pas qu’il faut tout voir, bien au contraire, mais Internet a ceci de formidable qu’il nous permet ce genre de luxe et on ne va pas cracher dans la soupe.

Je t’invite donc chez moi, dans cet atelier cocon où sont confectionnés les modèles uniques de Dissident Sheep.  Ce chez moi qui fait office d’atelier de confection, bureau du big boss (wesh, c’est qui le patron ?) , pôle communication, marketing, direction artistique, logistique, traitement des commandes, service après vente, comptabilité … BREF, toutes ces casquettes que je revêts alternativement pour faire vivre la marque au quotidien.

dissident-sheep-bijoux-brodes-article-atelier-2

dissident-sheep-bijoux-brodes-article-atelier-9

 

dissident-sheep-bijoux-brodes-article-atelier-5

dissident-sheep-bijoux-brodes-article-atelier-1

Ca t’a plu ? Est-ce que cela ressemble à ce que tu t’étais imaginé ? Si tu souhaites en savoir plus sur comment sont confectionnés les bijoux Dissident Sheep, je t’invite à consulter les autres articles de la catégorie « En Coulisses » !

 

Love to Share : Bijoux à partager.

 

Dissident Sheep bijoux brodés love to share Any Story 1

 

Te souviens-tu des bijoux ou porte-clés (souvent en forme de coeur) à partager avec ta/ton meilleur(e) ami(e) comme un secret qui vous appartenait, chacun sa moitié de coeur symbolisant votre complicité, votre histoire et votre confiance. J’étais super fan de ce genre de trucs.

Au sein de notre  groupe de copines, au collège, j’ai l’impression que nous passions notre temps à chercher des petites choses qui symboliseraient le plus fidèlement notre lien d’amitié. Nous avions des porte-clés dont l’inscription « Best Friends«  était lisible lorsque les deux parties étaient rassemblées, des pendentifs (je me souviens même en avoir fabriqué un, à l’époque) , des bracelets de rocailles ou bracelets brésiliens, et gare à toi si tu avais le malheur de briser la magie du lien en te séparant de l’un d’entre eux avant qu’il ne se brise de lui-même (et t’étais alors censée faire un voeux, en général le voeu était qu’on reste amies FO-RE-VER , and ever bien sûr) . Nous avions des codes, des couleurs, tout un tas de choses que nous partagions en secret et qui nous semblaient être une garantie de l’amour que nous nous portions les unes envers les autres.

Lire la suite « Love to Share : Bijoux à partager. »

Mariage tradi, non merci !

C’est reparti…

 

dissident sheep bijoux brodés pièces uniques mini earrings Cinderella 2 (1 sur 1)
Mini Earrings edition pearl

 

  C’est la saison des mariages !

Qu’il s’agisse du tien, de celui de ta meilleure amie ou de ton oncle par alliance rencontré une fois quand tu avais quinze ans, c’est sans aucun doute un mot qui génère quelques petits coups d’adrénaline . On se prend la tête sur le déroulement, sur l’ambiance, le temps qu’il fera, sur « le-plan-de-table-gate » et mamie qui t’appelle pour te dire qu’elle espère ne pas se retrouver à la table des vieux.. Bref, souvent, tu as bien envie de dire STOP ! C’est bon, je me casse. Enfin tu vois l’idée quoi. Si tu es allé(e) au bout de l’aventure « j’organise mon mariage » et de toutes les pressions incluses dans le package (c’est cadeau), alors je te tire mon chapeau .

Moi j’adore les mariages quand je n’ai qu’à me mettre les pieds sous la table, me donner un demi million d’excuses pour m’acheter 10 robes et 15 paires de chaussures pour l’occasion (ben oui, on est jamais trop prudents) , enflammer le dancefloor toute la soirée avec un(e) complice ( mon acolyte favori étant mon papa qui doit enflammer le dancefloor aussi régulièrement que moi le reste de l’année et qui se sent possédé par John Travolta dès qu’il rentre dans une salle des fêtes) et voir la mariée à moitié ivre se dépêtrer de son immense robe.

  En revanche, si je devais songer au mien… AU SECOURS !

Lire la suite « Mariage tradi, non merci ! »

Zoom sur : Pulpe, une belle brochette de créateurs français.

newsletter 08 avril 3 (1 sur 1)Hello la compagnie,

Après avoir passé un moment à te bassiner sur Facebook avec la soirée d’inauguration de l’annuaire PULPE- Concentré de Créateurs , il est temps de t’en dire un peu plus.

Il y a 3 ans, je crois, j’étais tombée sur un concours organisé par le magasine Paulette et qui s’appelait Paulette for Rêveurs : il s’agissait d’un concours d’entrepreneurs créatifs dont l’aboutissement était un soutien non seulement financier du projet mais également et surtout, un gros coup de pouce de la part des partenaires qui soutenaient le projet. Un gagnant était choisi pour chaque catégorie, et j’avais suivi l’affaire de près à défaut d’y participer (Dissident Sheep ne vendant pas encore assez de rêve à mon goût).

Je me souviens m’être dit:

« Waouh y’a quand même la créatrice d’Antik Batik dans le jury ! Oh, et puis le mec qui a créé l’Exception (aka un shop qui vend  VRAIMENT du rêve, pour le coup) , Enh mais y’a Serge Bensimon ? »

Bon et puis d’autres tout aussi ouf mais que je ne connaissais pas trop voire pas du tout ( soyons honnête, hein)

Tu l’auras compris, il y avait moyen que les projets gagnants soient plutôt pas mal du tout . Et dans la catégorie « Art », le vainqueur fut celui de Clémence Le Divlec : Pulpe, concentré de Créateurs.

Mais du coup, c’est quoi, l’annuaire Pulpe ?

Pulpe, au début, c’est l’idée de Clémence de créer un annuaire des créateurs et artisans français pour chaque région. Une sélection qualitative et variée qui faciliterait la relation entre les artisans et le grand public, c’est à dire entre eux et toi, toi qui ne te déplace pas forcément aux salons de créateurs ou en boutiques spécialisées, ou toi encore qui as juste totalement la flemme de te taper une matinée de recherche sur Etsy pour le cadeau de ta meilleure pote.

Lire la suite « Zoom sur : Pulpe, une belle brochette de créateurs français. »

Troubles dans l’éthique : le procès de la gentillesse.

Dissident sheep bijoux brodés boucles Glory Box 4 (1 sur 1)

Depuis déjà plusieurs semaines, je m’interroge très sérieusement sur un phénomène dores et déjà banalisé et qui tend à glisser doucement vers le terrain des acquis de notre ère surconnectée.

Ca a fait tilt lorsque j’ai écrit il y a peu à un petit mouton dissident qui m’avait envoyé une jolie carte :

« C’est vraiment trop gentil »

Et ce mouton de me répondre :

« Ah non ! J’en ai marre qu’on me dise tout le temps que je suis gentille ! »

Venais-je donc de l’insulter ?

La gentillesse épinglée, salie et dévalorisée, galvaudée et mise au placard, au profit de l’apogée des dents longues et aiguisées de l’arrivisme opportun qui frappe à toutes les portes. L’ère surconnectée ou l’espoir silencieux de tirer son épingle du jeu, société malade de sa propre image figée dans un smartphone à l’aide d’une perche à selfies.

D’où vient donc ce procès de la gentillesse , du don de soi et de la bienveillance ?

50457c469c81583ff281f2b6ca9ee377
source ici

Je m’interroge sur les raccourcis très rapidement empruntés par ceux qui ont oublié de mettre un peu de leur égo entre parenthèses pour faire de la place à l’autre.

Du bâillon de la gentillesse à la haine il n’y a qu’un pas. Alors sommes-nous carrément rentrés dans cette sorte d’apologie mal déguisée de la méchanceté gratuite, sous couvert d’attirer l’attention sur son propre nombril ?

Je suis toujours interloquée et attristée d’être témoin, sur la toile, de petites humiliations quotidiennes, harcèlement décuplé par un effet de groupe des plus populaires chez des individus qui ne se risquent pas à produire eux-mêmes un contenu qu’ils estiment digne de ce nom mais s’adonnent à un véritable déchainement de propos injurieux à des années lumières de la satyre ou d’une session « langue de pute » entre copines dans l’intimité du salon.

Lire la suite « Troubles dans l’éthique : le procès de la gentillesse. »